Chargement...

jeudi 31 janvier 2013

La classe moyenne israélienne, c'est la classe ouvrière européenne



L'image de la famille israélienne avec deux voitures et une maison est un mythe. La réalité révèle un appauvrissement constant sur dix ans des ménages de la classe moyenne.Le dépouillement du scrutin des élections israéliennes qui se sont déroulées il y maintenant une semaine, révèle une surprise de taille.


Yaïr Lapid qui avait endossé la casaque du "champion de la classe moyenne", celui qui portait les contestations sociales de l'été 2011, n'a pas été élu par les classes laborieuses ni les quartiers résidentiels d'Israël.

La majorité des voix qui se sont portées sur son nom, viennent des villes les plus riches d'Israël, comme Césarée, Ramat Hasharon, Kfar Shmaryahou et Savyon qui sont à Israël ce que NAP (Neuilly-Auteuil-Passy), est à Paris.
Cela est peut-être dû à une méprise.

En fait, si l'on considère les chiffres en termes de salaire ou de standard de niveau de vie, le concept de classe moyenne occidentale s'applique à la classe supérieure israélienne.
Du coup la classe moyenne israélienne s'apparente beaucoup plus, selon un rapport du Centre Adva, un groupe de réflexion de gauche, à ce que les Occidentaux définiraient comme la classe ouvrière.
Les études antérieures le montraient déjà, la classe moyenne en Israël s'est tassée entre 1992 et 2010 passant de 30,8% à seulement 27,8% de l'ensemble des ménages.
Du coup, les écarts sociaux se sont creusés et tant la couche inférieure (passant de 32,6% en 1992 à 34,4% en 2010) que la strate supérieure (passant de 36,% en 1992 à 37,8% en 2010) sont en hausse.
"Le niveau de revenus de cette classe moyenne israélienne est plus faible qu'on le pense, explique Noga Dagan-Buzaglo, co-auteur du rapport.
En Israël, le travail ne protège plus de la pauvreté et ne garantit plus une vie digne".

Acquérir un appartement ou une maison n'est souvent plus qu'un rêve pour cette couche de la population.
En 1992, 76% de la strate inférieure (en termes de revenus) de ce groupe étaient propriétaires de leur maison, en 2010, ils ne sont plus que 66%.
Le revenu moyen mensuel d'un ménage de cette strate médiane se situe entre 9 700 shekels (1 930 €) et 16 300 shekels (3 250 €).
En 2010, la plus forte proportion de ces ménages (35,2%) réside dans les villes en développement.

Et seulement 28,2% de ces ménages se trouvent dans les villes les plus aisées qui ne reçoivent aucune subvention gouvernementale : Tel Aviv, Ramat Gan, Raanana, Kfar Saba, Ashdod, Beer Sheva…
Un quart des ménages de la classe moyenne vivent dans des municipalités arabes, souvent par choix économique.

Outre le lieu de résidence, l'accès à la propriété et le niveau de salaire, d'autres aspects révèlent la lente "paupérisation" de cette frange médiane de la population israélienne.
La baisse drastique du niveau d'instruction est flagrante: 27% des ménages ont un de leurs membres titulaire d'un diplôme d'études supérieures et 42 % seulement des ménages affichent un diplôme d'études secondaires.
Dans ces foyers, il arrive souvent que les femmes travaillent un nombre d'heures plus important que les hommes

"Cela ne signifie pas nécessairement qu'elles gagnent plus", souligne Noga Dagan Buzaglo, mais indique plutôt qu'un seul salaire n'est plus suffisant.
Le rapport Adva souligne également les écarts existants sur la base de l'origine ethnique.

Ainsi la deuxième génération des émigrants orientaux comme ceux originaires de l'ex-Union soviétique ont connu une amélioration importante de leur situation économique alors que la situation de la population arabe d'Israël n'a fait qu'empirer : en 1992, 56 % des ménages arabes faisaient partie de la couche inférieure de la population israélienne ; en 2010, ils sont 64%.


Source Israel Infos

ISIS met en ligne une photo satellite du site nucléaire de Fordo prise le 22 janvier 2013 qui ne montre aucune anomalie apparente...dommage !



La photo satellite du site nucléaire de Fordo en Iran, prise le 22 janvier 2013, au lendemain de l’explosion supposée décrite par certains médias,  ne montre selon les analystes aucune destruction visible en surface, ni aucune présence de véhicules de secours, ni aucune activité anormale à proximité des tunnels d’accès.  Isis ne croit pas à la rumeur de l’explosion.


Souce NanoJV

L'université hébraïque de Jérusalem s'offre un astéroïde



L'université hébraïque de Jérusalem vient de réaliser une excellente opération de communication grace à un astéroïde, initialement nommé 271 763.

 
En effet, un Canadien, l'un des découvreurs d'astéroïdes les plus prolifiques au monde, ancien élève de l'Université hébraïque de Jérusalem, vient de nommer une de ses découvertes, l'Astéroïde 271763, 271763.s'appelle désormais HebrewU.
L'Université hébraïque est déjà connue comme l'une des plus réputées de la planète.
L'Asteroid 271763 (pardon le tout nouveau HebrewU), est situé dans une ceinture d'astéroïdes qui s'étend entre l'orbite de Mars et de Jupiter.
Il ne représente aucune menace pour la planète Terre.
Il a été découvert par David H. Levy et Wendee Levy domiciliés en Arizona, et Tom Glinos, un canadien.


David H. Levy est un astronome canadien et un écrivain scientifique célèbre depuis sa co-découverte de la comète Shoemaker-Levy 9 qui est entrée en collision avec la planète Jupiter en 1994 (un événement sans précédent, la première collision de deux corps du système solaire jamais observée).
David H. Levy a déjà découvert ou co-découvert 22 comètes et plus de 150 astéroïdes.

Cela faisait quelque temps que le Dr Levy voulait nommer un astéroïde du nom de l'Université hébraïque; en fait, depuis juin 2010, date à laquelle il y a présenté sa thèse au département d'anglais. Des travaux originaux qui explorent la relation entre le ciel nocturne, les œuvres de Shakespeare et d'autres écrivains de l'époque moderne de la littérature anglaise.

Dans une lettre annonçant à l'Université sa dénomination, David H. Levy écrit :
"Félicitations, vous êtes l'une des rares universités au monde à avoir l'honneur d'être dans l'espace. J'ai voulu rendre hommage à un institut de recherche de premier plan dans le monde.
Voici donc un monde avec des levers et des couchers de soleil beaucoup plus petits, mais semblables aux nôtres.".

Le président de l'Université hébraïque, le Professeur Menahem Ben-Sasson, a exprimé la fierté de l'Université Hébraïque de rejoindre le cercle restreint des institutions ayant leurs noms dans les étoiles "Ce geste symbolise, a-t-il souligné, l'ambition de l'Université hébraïque de briser les limites de la connaissance et de la recherche."
Avant HebrewU, seuls Jérusalem, le premier astronaute israélien Ilan Ramon, et l'écrivain et satiriste Éphraïm Kishon ont eu leur nom associé à un astéroïde.
Moins de vingt universités à travers le monde ont donné leur nom à un astéroïde.



Source Israel Infos

Selon Damas, le raid israélien visait un site militaire...



L'aviation israélienne a bombardé mercredi à l'aube un convoi terrestre circulant en Syrie à proximité de la frontière avec le Liban, ont déclaré à Reuters des diplomates et des sources du renseignement dans la région. Dans la soirée, le commandement militaire syrien a affirmé que le raid israélien avait pour cible non pas un convoi, mais un centre de recherches militaires dans la province de Damas.


Deux personnes ont été tuées et cinq autres blessées dans l'attaque du site de Jamraya, ajoute l'armée qui décrit l'installation comme un centre de recherche scientifique visant à "augmenter le niveau de résistance et d'autodéfense".
Dans un communiqué repris par la télévision publique syrienne, le commandement militaire ajoute que le bâtiment a été détruit et précise que les avions israéliens, qui volaient à basse altitude pour échapper à la surveillance des radars, sont entrés en Syrie et en sont repartis au niveau du mont Hermon.
L'annonce de l'armée syrienne a été démentie par la rébellion, qui a affirmé être à l'origine d'attaque au mortier contre le site de Jamraya.
Contactées dans la journée par Reuters, plusieurs sources régionales indiquaient que les avions israéliens avaient bombardé un camion acheminant vraisemblablement des armes au Hezbollah à la frontière entre la Syrie et le Liban.
"La cible était un camion transportant des armes et se dirigeant de Syrie vers le Liban", a dit un diplomate occidental en poste dans la région. Sa cargaison ne comprenait probablement pas d'armes chimiques, a-t-il ajouté.

AVERTISSEMENT
Une source au sein de la rébellion syrienne a déclaré que la frappe aérienne avait détruit à l'aube (04h30 GMT) un convoi sur une route montagneuse à environ cinq kilomètres au sud de la frontière sur l'autoroute Damas-Beyrouth. "Les camions transportaient des armes sophistiquées du régime à destination du Hezbollah", a ajouté ce rebelle.
Le raid mené par les avions de Tsahal fait suite à une série d'avertissements lancés par les autorités israéliennes, qui ont prévenu qu'elles étaient prêtes à agir pour éviter que la révolte en cours en Syrie n'ait pour conséquence la dissémination d'armes chimiques ou de roquettes sophistiquées entre les mains du Hezbollah libanais, allié du régime de Damas, ou d'autre organisations islamistes hostiles à l'Etat hébreu.
"Cet épisode se résume à un avertissement lancé par Israël à la Syrie et au Hezbollah pour qu'ils ne s'engagent pas dans un transfert d'armes sensibles", a commenté une source travaillant pour un service de sécurité régional. "Assad sait que sa survie dépend de ses capacités militaires et il ne peut vouloir que ces capacités soient neutralisées par Israël. Le message est donc: ce type de transports n'en vaut tout simplement pas la peine, ni pour lui, ni pour le Hezbollah."
Contactées par Reuters, des sources diplomatiques de trois pays différents ont déclaré qu'il était possible que le convoi ait été frappé alors qu'il se trouvait à proximité du centre de Jamraya, qui se trouve dans la bande de 25 km de large entre Damas et la frontière libanaise.
Ce site, d'une grande superficie, abriterait des installations dédiées à l'armement chimique, ont ajouté ces sources. Rien n'indique cependant que les camions transportaient des armes chimiques.

MUTISME ISRAÉLIEN
Mercredi, le gouvernement israélien a refusé de s'exprimer sur le bombardement. Aucun commentaire n'est venu des Etats-Unis, allié d'Israël, ou du Hezbollah. L'Iran, allié d'Assad et soutien du Hezbollah, n'a pas davantage réagi.
Le Liban a confirmé pour sa part que des avions de combat israéliens avaient survolé son territoire à plusieurs reprises entre mardi après-midi et mercredi matin.
Dimanche, le vice-Premier ministre israélien Silvan Shalom déclarait que l'Etat hébreu pourrait réagir militairement au moindre signe indiquant que la Syrie est en train de perdre le contrôle de l'arsenal d'armes chimiques qu'elle posséderait.
Si les chiites du Hezbollah ou les rebelles qui tentent de renverser Bachar al Assad venaient à s'emparer d'armes chimiques, ajoutait-il, "cela modifierait de manière spectaculaire les capacités de ces organisations".
De sources militaires israéliennes, on souligne que ces inquiétudes ne concernent pas seulement l'arsenal chimique syrien mais aussi les armes conventionnelles.
Interviewé mercredi par la radio israélienne, Silvan Shalom n'a pas dit si l'armée israélienne avait mené une opération sur le "front nord" mais a rappelé la menace que fait peser le conflit syrien sur toute la région. "Si les choses prennent une mauvaise direction, il faudra bien agir", a-t-il dit.


Source Guysen

Israël aurait détruit un convoi de SA-17



Des responsables sécuritaires de la région ont déclaré qu'Israël avait mené un raid à l'intérieur de la Syrie durant la nuit dernière, près de la frontière du Liban. Les deux responsables n'ont pas dit quelle était la cible, mais ils ont dit mercredi qu'Israël avait préparé des plans ces derniers jours pour détruire une cargaison d'armes à destination du groupe terroriste chiite libanais Hezbollah.

Ils ont dit que la cargaison comprenait des missiles anti-aériens sophistiqués SA-17 de fabrication russe, qui auraient "changé le jeu" stratégique si ils étaient tombés dans les mains du Hezbollah. Le missile SA-17 a la capacité de frapper des jets à basse altitude. Son inconvénient est sa dépendance radar.
Plus tôt mercredi, des medias arabes et occidentaux ont dit que les forces israéliennes ont attaqué une cible à la frontière syro-libanaise durant la nuit, en ajoutant que 12 avions israéliens avaient violé l'espace aérien libanais mardi. Le site américain Al-Monitor a cité des sources libanaises disant que la cible était un convoi d'armes voyageant près de la frontière entre la Syrie et le Liban.

Le rapport n'a pas été corroboré par une autre source israélienne, et l'armée israélienne a refusé de commenter l'affaire.
Les analystes estiment que le régime d'Assad a un intérêt évident à transférer des armes avancées au groupe terroriste Hezbollah afin de le rembourser pour son aide dans la guerre qu'il mène contre les rebelles et d'empêcher les armes de tomber entre les mains des rebelles.
Le Hezbollah pourrait à son tour utiliser les missiles Scud-D à longue portée pour menacer l'arrière-pays d'Israël et se défendre contre d'éventuelles attaques aériennes israéliennes. Mardi, le World Tribune a rapporté que les services de renseignement israéliens suivaient des convois de camions qui transportaient ce qui semblait être des missiles et des ogives de la région de Lattaquié vers le Liban.
Les responsables ont déclaré que les convois avaient déchargé les armes présumées dans des entrepôts du Hezbollah dans la vallée de la Bekaa au Liban.


Un laboratoire israélien propose une alternative à la chimiothérapie



L’inhibition de cellules cancéreuses par rayonnement millimétrique pourrait remplacer la chimiothérapie
Quelque part sur le spectre électromagnétique, entre les ondes qui produisent de la lumière visible et celles qui cuisent les aliments dans un four à micro-ondes, se trouvent les ondes millimétriques qui sont susceptibles de détenir la clé de l’inhibition de cellules cancéreuses.

Lors d’un essai dans un laboratoire israélien sur des cellules cancéreuses du poumon, le rayonnement à ondes millimétriques a permis d’inhiber la capacité des cellules à se reproduire. “Le rayonnement perturbe leur activité, même si nous ne savons pas encore comment”, annonce Asher Yahalom, chef du Free Electron Laser (FEL) Laboratory de l’Ariel University Center qui a également noté que les rayons ne semblent avoir pas d’effet sur les cellules normales.

Les ondes millimétriques ont beaucoup d’applications possibles – qu’il s’agisse de diagnostiquer le cancer de la peau ou d’améliorer des dispositifs de communication – mais l’équipe de recherche israélienne est la première au monde à étudier leur effet sur le cancer du poumon. L’équipe d’Ariel a présenté ces résultats spectaculaires en Novembre à la troisième Conférence Internationale de l’IEEE sur les communications, micro-ondes, antennes et des systèmes électroniques à Tel-Aviv.

On a longtemps recherché une meilleure alternative aux rayons X car si ceux-ci tuent les cellules cancéreuses, ils tuent également les cellules saines environnantes. Le rayonnement millimétrique est une approche tout à fait différente selon Yahalom. “Il y a deux types de rayonnements”, explique t-il. “Le rayonnement ionisant est celui qui est habituellement utilisé contre le cancer. Il a la capacité de séparer des molécules et provoque la mort de toutes les cellules. Ce que nous avons fait est tout à fait différent. Le rayonnement à ondes millimétriques est non ionisant, de sorte qu’il peut empêcher la reproduction sans tuer la cellule elle-même.”

Source: bulletins-electroniques

Comment un ouvrier thailandais est devenu un des plus gros revendeurs de drogues en Israel !


Comment un ouvrier agricole thailandais a gagne 6 millions de shekels ? Grace a la drogue appellee Yaba, "la drogue folle" repandue dans le milieu des ouvriers thailandais, et que les israeliens ne connaissaient pas jusqu'a ce jour. Il est accuse de detention et de fabrication de drogues. Les agriculteurs du sud d'Israel : "ils peuvent danser pendant deux jours".

Un ouvrier étranger thailandais, qui travaillait dans l'agriculture dans le moshav Takoma dans le sud, a ete accuse par le tribunal de Beer-Sheva des delits de detention et de fabrication de drogues. L'enquete menee par la police a revele que cet ouvrier fabriquait une drogue du type Yaba - un ecstasy thailandais - et est ainsi devenu le plus gros revendeur de drogue Yaba en Israel.
 
Ce deuxieme job qu'il s'etait trouve, lui a rapporte la somme astronomique de 6 millions de shekels. Un petit tour la ou il vivait, a cote de la ferme ou il travaillait, a permis de decouvrir qu'il avait cree un veritable laboratoire où il travaillait a fabriquer de la drogue, et de là vendait des milliers de cachets. Il avait reussi a creer un laboratoire de fortune : a la place du lit il avait mis un plan de travail pour la preparation et la fabrication, et dans les armoires, il y stockait des milliers de cachets prets a la vente au lieu d'y mettre des vetements.



Quotidiennement, il faisait des virements enormes de 50,000 shekels aux banques thailandaises. Son avocat, Alon Davidov, pretend que les accusations portees contre son client sont fausses : "il nie le fait que la drogue trouvee a son domicile soit a lui, ainsi que d'etre un fabricant de drogues".

Les cachets de Yaba, surnommes "la drogue folle", sont devenus la drogue la plus repandue dans le monde des ouvriers etrangers venus de Thailande pour travailler en Israel. Cette drogue est une version thailandaise de l'ecstasy, et contient de grosses quantites de Cafeine et de substances psychoactives stimulantes. Cette drogue a ete developpee pour la premiere fois par l'Allemagne nazie comme substance stimulante pour les soldats, mais avec le temps, ses ingredients ont ete renforces et le Yaba est devenu une drogue principalement consommee par les thailandais.

L'utilisation de Yaba chez les ouvriers thailandais travaillant en Israel est devenue ces derniers temps un phenomene tres important. Comme chez de nombreux agriculteurs du sud du pays, une partie des ouvriers de Nathan Hanegbi du moshav Takuma ont ete arretes pour utilisation et revente de drogues. "Il y en a certains qui ne viennent pas ici pour travailler mais pour faire d'autres affaires. Ils ne travaillent presque pas, ils manquent plusieurs jours et louent des voitures a 200-300 shekels par jour, ils tournent parmi les ouvriers et leur vendent le Yaba", raconte Hanegbi. "Il y a ici des fetes tres bruyantes , ils peuvent danser deux jours sans s'arreter. Maintenant nous savons apres-coup que la raison de tout ca c'est cette drogue".  
Les agriculteurs craignent que cette drogue porte atteinte a leur production. La police craint que cette drogue se repande dans la societe israelienne.


mercredi 30 janvier 2013

Shimon Perez lance ses consultations pour désigner le Premier ministre


Le président israélien Shimon Perez lance mercredi ses consultations pour tenter de désigner d'ici vendredi le chef de parti le mieux placé pour constituer une majorité et former un gouvernement à l'issue des élections législatives du 22 janvier, a indiqué son bureau.
Selon les médias, le Premier ministre sortant Benjamin Netanyahu a toutes les chances d'être choisi dans la mesure où il devrait disposer du soutien de quelque 80 députés sur 120 et qu'aucun autre candidat ne s'est présenté.


La procédure prévoit que M. Perez se verra remettre les résultats définitifs des élections législatives du 22 janvier par le président de la commission électorale le juge Elyakim Rubinstein mercredi à 15H30 GMT.
Immédiatement après, le président Pérès recevra les représentants de tous les partis.
Les représentants de la liste commune de droite Likoud-Israël-Beiteinou (31 députés) conduite par M. Netanyahu seront les premiers à être reçus mercredi en fin de journée. La délégation devrait comprendre plusieurs ministres de cette formation, mais pas M. Netanyahu, a indiqué une porte-parole de M. Pérès.
Puis le président recevra une délégation de Yesh Atid, le nouveau parti centriste mené par son chef Yaïr Lapid, le grand gagnant des élections avec 19 députés.
Jeudi, le président recevra les représentants des dix autres partis lors d'une journée marathon.
"Le président va mener ses consultations de façon intense afin qu'un nouveau gouvernement, dont la composition reflètera les résultats des élections, soit constitué le plus vite possible", a affirmé à la radio militaire, la conseillère juridique du président, Orit Corinaldy-Sirkis.
"Nous supposons que ce processus sera achevé avant la fin de la semaine", a-t-elle ajouté, en faisant référence à vendredi, le début du week-end en Israël. Un autre responsable de la présidence a affirmé à l'AFP que le président pourrait annoncer son choix "dès jeudi soir".
La loi stipule que le candidat désigné dispose d'une période de 28 jours pour présenter son gouvernement au Parlement. S'il échoue durant ce laps de temps, il peut obtenir un délai supplémentaire de 14 jours. En cas de nouvel échec, le président peut désigner un autre candidat.
M. Netanyahu n'a pas attendu le coup d'envoi du président pour mener des tractations avec ses partenaires potentiels.
Selon les commentateurs, la nouvelle majorité devrait avoir comme base le Likoud-Israël Beiteinou et Yesh Atid. A ces deux partis devrait s'ajouter le Foyer juif (12 députés), une formation nationaliste religieuse qui prône l'accélération de la colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.
Deux partis ultra-orthodoxes --le Shass (11) et Judaïsme unifié de la Torah (7)-- ainsi que Kadima, un petit parti centriste (2), pourraient également être membres du gouvernement.
Mais pour former un "gouvernement le plus large possible" selon ses voeux, M. Netanyahu va devoir trouver deux compromis.
Le premier devrait porter sur l'enrôlement des jeunes ultra-orthodoxes dans l'armée exigé par Yesh Atid et soutenu par le Foyer juif, alors que les partis ultra-orthodoxes s'opposent avec force à ce projet.
La deuxième inconnue concerne une éventuelle relance du processus de paix avec les Palestiniens que prône Yesh Atid tandis que le Foyer juif s'oppose à l'idée même d'un Etat palestinien.


Source Corse Matin

De jeunes maraîchers français en Israël


Venus des quatre coins de France, une vingtaine de jeunes exploitants agricoles de l'association des « Jeunes maraîchers de France » sont partis en Israël, il y a quelques jours. C'est avec enthousiasme que Louis Vinet. 37 ans, président du groupe parle de ce récent séjour où chacun a pu voir comment on sait gérer l'eau dans ce pays aux zones désertiques.

« On revient avec des souvenirs plein les yeux », explique Louis Vinet. « C'était une première pour nous tous, aucun d'entre nous n'avait jamais mis les pieds en Israël ».

S'ils ont choisi, en coopération avec la fondation France-Israël, de partir, c'est parce que « le pays est le premier en termes de gestion de l'eau ». « De plus », ajoute Louis Vinet, « nous avons de nouvelles directives qui nous incitent à une meilleure gestion de l'eau ».

Le nom d'Israël est déjà familier aux agriculteurs français.

D'abord parce que beaucoup d'entre eux, quasiment tous en fait, utilisent des systèmes d'irrigation d'origine israélienne, notamment de l'entreprise « Netafim ».

Ensuite parce que ce voyage fait suite à un précédent séjour organisé par Nicole Guedj et sa fondation, qui avait emmené en Israël une vingtaine de leaders du monde agricole français.

L'un deux, Jacques Rouchaussée, président de « Légumes de France », enthousiasmé par ce premier séjour a incité sa « branche jeunesse » à suivre le même exemple.

Nicole Guedj se félicite « que la petite graine plantée il y a moins d'un an commence à donner ses fruits ». D'autre part elle est heureuse de voir l'apparition de « ces ambassadeurs inattendus d'Israël que sont ces jeunes agriculteurs, qui parlent d'Israël avec enthousiasme, sans calcul politique bien sûr, et qui sont le fruit d'un combat politique contre le boycott et la désinformation ».

Le nom d'Israël est déjà familier aux agriculteurs français. « Nous sommes arrivés à Tel-Aviv jeudi soir. Le lendemain matin nous partions dans le sud du pays visiter des kibboutz et une entreprise spécialisée dans le goutte-à-goutte et la micro-irrigation », explique le président des Jeunes maraîchers.

Aude Le-Muflier, chargée de mission pour son organisation, poursuit : « Là, nous avons rencontré Shavit Dahan, le directeur marketing de « Netafim », et nous avons également visité des centres de recherche de gestion de l'eau : celui de Harava et celui de Ramat Ha Neguev ».

Le savoir-faire israélien de gestion de l'eau se décline en trois branches, qui toutes intéressent l'agriculture française : la déstalinisation de l'eau saumâtre, le recyclage des eaux usées et les systèmes d'irrigation (le goutte-à-goutte, peut-être le meilleur et le plus ancien ambassadeur d'Israël à l'étranger...).

Au centre de recherche de Ramat Ha Neguev, le chercheur Yiftach Praelich leur a expliqué une des réalisations principales du centre : un système qui permet à une même eau, puisée en profondeur, de servir à des activités piscicoles, puis à l'alimentation en eau de serres de culture de plein champ.

Lors de la visite des installations, les maraîchers français ont pu apprendre comment des eaux usées provenant des villes sont recyclées pour l'irrigation des productions végétales.

Au-delà de l'aspect professionnel, les participants semblent avoir été touchés par le pays, les rencontres, la visite à Yad Vashem, mais surtout, explique Louis Vinet, « par la vision de la vieille ville de Jérusalem depuis le Mont des Oliviers, avec la ville qui s'étend de toutes parts. On en entend tellement parler... »


Source Crif

Raids israéliens à la frontière syrienne

Selon des informations obtenues par le Figaro, l'aviation israélienne aurait lancé plusieurs raids aériens dans la nuit de mardi à mercredi contre des cibles situées à la frontière syro-libanaise.

 L'aviation israélienne aurait lancé plusieurs raids aériens dans la nuit de mardi à mercredi contre des cibles situées à la frontière syro-libanaise, selon des sources sécuritaires israéliennes jointes par LeFigaro. Les cibles visées par l'aviation israélienne pourraient avoir été des convois transportant du matériel militaire depuis la Syrie jusqu'au Liban, au profit du Hezbollah, sans qu'on sache si elles ont été attaquées du côté libanais ou syrien de la frontière. La Syrie n'a pas fait de déclaration.
Ces informations fragmentaires, qui n'ont pas été confirmées officiellement par Israël, sont au moins en partie corroborées par d'autres éléments. Un peu plus tôt mercredi matin, l'armée libanaise avait signalé une importante activité d'appareils israéliens au dessus du sud-Liban toute la nuit de mardi à mercredi. Au moins trois vagues successives d'avions seraient entrées dans l'espace aérien libanais, un nombre inhabituel puisque si l'aviation israélienne vole régulièrement au dessus du Liban, il est très rare qu'elle le fasse avec autant d'avions.
D'autre part, le cabinet de sécurité israélien s'était réuni la semaine dernière pour examiner la menace représentée par le transfert au Hezbollah libanais d'armements sophistiqués depuis la Syrie jusqu'au Liban. L'avenir du régime de Bachar el-Assad semblant de plus en plus incertain, et son armée ne cessant de perdre du terrain ces derniers mois, le Hezbollah, allié libanais de Damas, pourrait se préparer à la perte de son parrain en mettant en lieu sûr des armes stratégiques, selon une analyse israélienne.

Un message à Damas et à Téhéran

Israël craint que le Hezbollah ne profite de l'occasion pour s'emparer d'armes chimiques, qui pourraient éventuellement être utilisées contre Israël au moyen de missiles Scud. Mais d'autres armes moins létales inquiètent tout autant l'armée israélienne: des missiles sol-mer ou sol-air sophistiqués tels qu'en possède l'armée syrienne, pourraient tomber ainsi entre les mains du Hezbollah libanais, et compliquer les choses dans un éventuel conflit avec le mouvement chiite libanais.
Les médias israéliens avaient reçu des informations inhabituellement détaillées concernant ces réunions, ce qui pouvait indiquer la volonté d'Israël d'envoyer un message à Damas et à Téhéran, les parrains du Hezbollah. Ou bien à détourner l'attention, alors que les raids étaient déjà planifiés.


Source Lefigaro.fr

Le Qatar à la manoeuvre pour imposer le leader du Hamas à la direction de l' OLP


Selon le quotidien arabe édité à Londres, Al-Quds Al-Arabi, Khaled Meshaal, chef du bureau politique du Hamas va se déclarer candidat à la direction de l'OLP, l'Organisation de Libération de la Palestine, une ombrelle qui regroupe l'ensemble des factions palestiniennes, dont le Fatah, le parti de Mahmoud Abbas.

Selon des sources palestiniennes citées par le quotidien, c'est la raison pour laquelle Meshaal n'aurait pas sollicité de nouveau mandat à la tête du Bureau politique du Hamas, en dépit de nombreuses pressions exercées par certains pays arabes.

Le Qatar et la Jordanie seraient prêts à faciliter l'opération, officiellement pour permettre au nombre le plus grand de groupes palestiniens d'être représentés au sein de l'OLP.

Le Fatah, lui, espère pouvoir bénéficier du soutien de la plupart des organisations palestiniennes, mais selon le quotidien, nombre de ces groupes verraient en fait d'un bon œil le renouvellement du leadership de l'organisation.

Le site d'information israélien Ynet rapporte que l'émir du Qatar, le Sheikh Hamad bin-Khalifa al-Thani aurait personnellement demandé à Mahmoud Abbas de désigner Meshaal comme son successeur – si, comme l'affirme Abbas depuis deux ans, il ne demandait pas le renouvellement de son mandat.

Meshaal avait annoncé sa démission du bureau politique de l'organisation islamiste pour la mi 2012.


Source Israel Infos

La déclaration de Napoléon aux héritiers légitimes de la Palestine

image

Alors que les français assiègent Saint-Jean d’Acre, Napoléon prépare une proclamation créant en Palestine un Etat Juif indépendant.
Bonaparte pensait occuper Saint-Jean d’Acre dans les jours suivants, et se rendre ensuite à Jérusalem pour y lancer sa proclamation. A cause des Anglais, accourus au secours des Turcs, il ne put réaliser ce projet.

Proclamation à la nation Juive Quartier général Jérusalem,
1er floréal, an VII de la République Française (20 avril 1799)
Bonaparte, commandant en chef des armées de la République Française
en Afrique et en Asie, aux héritiers légitimes de la Palestine :
Israélites, nation unique que les conquêtes et la tyrannie ont pu, pendant des milliers d’années, priver de leur terre ancestrale, mais ni de leur nom, ni de leur existence nationale !
Les observateurs attentifs et impartiaux du destin des nations, même s’ils n’ont pas les dons prophétiques d’Israël et de Joël, se sont rendus compte de la justesse des prédictions des grands prophètes qui, à la veille de la destruction de Sion, ont prédit que les enfants du Seigneur reviendraient dans leur patrie avec des chansons et dans la joie et que la tristesse et que les soupirs s’enfuiraient à jamais. (Isaie 35.10)
Debout dans la joie, les exilés ! Cette guerre sans exemple dans toute l’histoire, a été engagée pour sa propre défense par une nation, de qui les terres héréditaires étaient considérées par ses ennemis comme une proie offerte à dépecer. Maintenant cette nation se venge de deux mille ans d’ignominie. Bien que l’époque et les circonstances semblent peu favorables à l’affirmation ou même à l’expression de vos demandes, cette guerre vous offre aujourd’hui, contrairement à toute attente, le patrimoine israélien.
La Providence m’a envoyé ici avec une jeune armée, guidée par la justice et accompagnée par la victoire. Mon quartier général est à Jérusalem et dans quelques jours je serais à Damas, dont la proximité n’est plus à craindre pour la ville de David.
Héritiers légitimes de la Palestine !
La Grande Nation qui ne trafique pas les hommes et les pays selon la façon de ceux qui ont vendu vos ancêtres à tous les peuples (Joël 4.6) ne vous appelle pas à conquérir votre patrimoine. Non, elle vous demande de prendre seulement ce qu’elle a déjà conquis avec son appui et son autorisation de rester maître de cette terre et de la garder malgré tous les adversaires.
Levez-vous ! Montrez que toute la puissance de vos oppresseurs n’a pu anéantir le courage des descendants de ces héros qui auraient fait honneur à Sparte et à Rome (Maccabée 12.15). Montrez que deux mille ans d’esclavage n’ont pas réussi à étouffer ce courage.
Hâtez vous! C’est le moment qui ne reviendra peut-être pas d’ici mille ans, de réclamer la restauration de vos droits civils, de votre place parmi les peuples du monde. Vous avez le droit à une existence politique en tant que nation parmi les autres nations. Vous avez le droit d’adorer librement le Seigneur selon votre religion. (Joël 4.20)”
Sans l’échec devant Acre, Napoléon, par cette proclamation imprimée et datée le 20 avril 1799, aurait créé l’État d’Israël. Les Juifs n’auraient pas eu à attendre 150 ans de plus avant de retrouver un état indépendant.

Cette proclamation, néanmoins, a porté des fruits. Elle a donné naissance au sionisme en renforçant l’idée qu’il était juste que les juifs retrouvent une patrie. Les idées exprimées par Napoléon exaltèrent l’enthousiasme de tous ceux qui y virent la réalisation de la prophétie biblique selon laquelle les Juifs rentreraient un jour en possession de la terre de leurs ancêtres; tout spécialement en Angleterre. Cent dix huit ans plus tard, en 1917, le Comte de Balfour, qui était le chef du parti conservateur, déclara que l’Angleterre devait aider le peuple juif à retrouver sa patrie en Palestine. La déclaration de Napoléon, ce premier jour de Pâques de 1799, aura donc un rôle important dans la création de l’État d’Israël.
Dans le Moniteur Universel de Paris, à la date du 22 mai 1799, on trouve (voir ci dessus): “Bonaparte a publié une proclamation par laquelle il invite tous les juifs de l’Asie et de l’Afrique à se ranger sous sa bannière en vue de rétablir l’ancienne Jérusalem. Il a déjà armé un grand nombre, et leurs bataillons menacent Alep.”
Le 16 août 1800, Napoléon déclara: ” Si je gouvernais une nation juive, je rétablirais le temple de Salomon.” (Source: Napoléon et les Juifs par Ben Weider)
Il s’adressa aux Israélites, il ne parla pas d’Al Quds, mais de Jérusalem, il ne cita pas Al-Aqsa, mais le Temple de Jérusalem qu’il aurait souhaité rétablir.


Pour lire le dossier complet ( Source ) :  http://napoleon1er.perso.neuf.fr/Napoleon-juifs.html

le kibboutz Sdé Eliahou à la pointe de la bio-technologie


Avec des terres achetées par le KKL aux Templiers allemands, le kibboutz Sdé Eliyahou s'est créé en 1939 "en une nuit" (1) à la barbe des Britanniques, et sous le feu des Arabes s'opposant à l'édification des villages israéliens. En plus de l'hostilité des hommes, les pionniers juifs ont dû affronter le manque de salubrité, la malaria, et des conditions climatiques terribles : un froid hivernal - 0° et une chaleur en été dépassant 40°. Il fallait une foi chevillée au corps pour vivre dans ces conditions, et être animé d'une vraie vision.


Sdé Eliyahou, situé dans la vallée du Jourdain et proche de Bet Shean, est issu du courage de ces pionniers dont plusieurs sont morts de maladie ou sous les balles ennemies. Le kibboutz est aujourd'hui à la pointe de la bio-technologie, et capable de proposer au monde des solutions dans de nombreux domaines. Abritant quelques 300 membres et autant d'enfants, la communauté (2) combine d'une manière harmonieuse, les principes de vie religieuse selon la Torah, et les exigences d'une vie de kibboutz liée au travail de la terre.

image004

Le secteur "Bio-Bee"

Sdé Eliyahou est spécialisé dans le domaine Bio, en hébreu organi. L'agriculture organi vise à empêcher l'utilisation de produits chimiques tels les insecticides ou les pesticides, mais également à trouver les moyens naturels pour faciliter le développement des cultures. Ici par exemple, on élève toutes sortes d'animaux devenus les alliés de l'homme :
- des "prédateurs" - araignées, pucerons... - pour éliminer les insectes nuisibles dévoreurs des fruits et légumes ;
- des mouches mâles stérilisées pour tenter de diminuer les dégâts amenés par les larves destructrices des cultures - Rivka, notre interlocutrice française, s'occupe ainsi de millions de mouches en sachets transportables, exportables pour l'étranger ; Bio-Bee possède d'ailleurs des succursales à l'étranger, au Chili, en Turquie ;
- des abeilles musclées (sortes de bourdons, solides et bien acclimatés) pour la pollinisation dans les serres. Lorsque l'on sait combien dans le monde, les abeilles meurent, voilà un bon concept...
- des chouettes pour éradiquer les rats et autres mulots destructeurs des cultures,
- des ânes pour tondre l'herbe dans les palmeraies. Les dattes comme tous les autres fruits et légumes sont naturellement "bio", avec le label de la petite abeille ;
- des poissons en bassins avec des méthodes spéciales économiques en eau,
- des vaches laitières (40 litres/jour) - la championne se trouve au kibboutz voisin : 80 litres/jour !
Les chercheurs de Bio-Bee sont très attentifs dans leur production à ne pas provoquer de déséquilibre d'espèces. Il s'agit juste d'amplifier le phénomène de lutte naturelle. Sur les 35 000 hectares d'espaces verts naturels, de serres et de chambres spécialement aménagées, les insectes prolifèrent naturellement, se reproduisent, se multiplient - les conditions climatiques idéales à leurs développement sont réunies dans cette région proche de la Jordanie. Sachons d'ailleurs que les Palestiniens, les Jordaniens et autres pays arabes, apprécient de bénéficier des innovations israéliennes !

Israël, laboratoire du monde !

Les idées audacieuses sont dans l'air en Israël. En effet il possède le plus haut taux de brevets par habitant au monde, la plus grande concentration de start-up (entreprises à fort potentiel de croissance) de la planète, le plus grand pourcentage du PIB investi en recherche et développement.
Comme dit la Bible, le peuple juif et Israël en tant que nation, sont déjà "une lumière pour le monde". A l'heure où le monde s'inquiète pour la santé du globe, il serait bon de faire confiance à l'Etat hébreu, plutôt que de s'inquiéter de ses constructions... Cette nation a encore beaucoup à apporter à l'humanité !

Tou Bichvat : plantez des arbres avec le KKL !

Tou Bichvat (le 15 du mois de Chvat) est le "nouvel an des arbres" - 'hag hahilanot - en Israël, qui est le seul pays au monde à voir sa forêt s'accroître depuis sa création. Tou Bichvat annonce la fin de l'hiver et la venue du printemps, moment où la sève monte dans l'arbre.

image006

En un clic, plantez des arbres ! Avec le KKL (3), investissez en Israël en contribuant à l'accomplissement prophétique biblique...
"Ainsi l'Eternel consolera Sion... Il rendra son désert semblable à un Eden,
et la 'Arava à un jardin de l'Eternel" - Esaïe 51:3

Par le Pasteur Gérald Fruhinsholz

Notes
(1) La stratégie était d'ériger, en une nuit, une tour et une palissade, formant l'embryon du Kibboutz.
(2) Les premiers Juifs à faire l'aliyah ont été les Allemands dans les années 30, puis les Italiens, enfin les Français avec les Bnei Aqiva (les Bnei Aqiva de France est le mouvement de jeunesse sioniste religieux le plus important au monde présent dans plus de 25 pays, né en 1929 sous l'impulsion du Rav Kook, basant ses valeurs sur la terre d'Israël, et la Torah.
(3) Le KKL est le Fonds national juif (Keren Kayemeth LeIsrael en hébreu), possèdant et gèrant plusieurs centaines de milliers d'hectares de terres en Israël. Fondé en 1901 en tant que fonds central du mouvement sioniste, il s'occupa du rachat de terres en Palestine et de la préparation des futurs pionniers sur le terrain. Il est connu pour avoir planté de nombreuses forêts

Source Tribunejuive.info

Bureau de vote de Sakhnin elimine, cause : 109% de votants !!!




516 votants se sont presentes au bureau de vote de la ville du nord, mais apres le depouillement des votes il a ete trouve 564 enveloppes. "ceci n'est pas possible, evidemment", a precise le responsable de la commission electorale qui a elimine le bureau de vote. Dans deux jours les resultats finaux seront publies.


Plus de 500 voix ont ete jetees a la poubelle lors de ces elections pour la 19eme Knesset, apres qu'au bureau de vote de Sakhnin ait decouvert 109% de votants et que le juge Eliakim Rubinstein, responsable de la commission electorale, ait decide d'eliminer ce bureau de vote.
 
La decision a ete prise apres que lors du depouillement des votes il ait ete trouve 564 enveloppes alors que le nombre de votants etait de 516 personnes.
 
Selon les donnees officielles de la commission electorale, les gagnants de ce bureau de vote etaient : le parti Ra'am-Ta'al avec 332 voix (59%), le parti Hadash avec 172 voix (31%), et le parti Balad avec 42 voix (7%) - tous les trois des partis arabes. Meme le Shass avait obtenu 3 voix, ainsi que le parti Haavoda, Hatnua et Am shalem qui avaient obtenu 1 voix chacun.


Israël boycotte une session spéciale qui lui est consacrée

  

Israël a boycotté mardi une session spéciale du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU qui lui était consacrée, une première dans l’histoire de cette instance qui a finalement décidé de reporter les débats « au plus tard en octobre-novembre 2013 ». Après plusieurs heures de discussions, les 47 Etats membres du Conseil ont finalement adopté un document demandant au président du Conseil, le Polonais Remigiusz Henczel, de « prendre toutes les mesures appropriées pour encourager l’Etat examiné à coopérer de nouveau ». 

Voici une excellente interview de Hillel NEUEUR, president de l ONG UN Watch parue dans le No129 du journal HAMODIA....

Image réduite à 67.95%. Cliquez ici pour la voir en entier.
 

Hillel NEUEUR & Kofi ANNAN



Le conseil de droits de l' hommea l' ONU.....

Que penseriez-vous si l'ONU décidait de désigner Jack l'éventreur président de la commission pour le respect des femmes, ou bien Phillip Morris président de la commission onusienne de lutte contre le cancer ? Scandale ? Illogisme ? Catastrophe ? C'est pourtant - à peu de choses près ! - ce qui se passe au conseil des droits de l' homme (CDH) de l'ONU où siègent des pays comme la Libye, la Corée du Nord, le Soudan ou le Venezuela, des États pour qui le respect des droits de l' homme n'est vraiment pas le point fort ! Or, une ONG basée à Genève et présidée par Hillel Neueur, UN Watch, a décidé de combattre la politique systématiquement biaisée du CDH.

- Hamodia : Comment est née votre organisation et quels sont ses buts ?

- Hillel Neuer : Notre ONG a été fondée en 1993 par l'ancien ambassadeur américain à Genève, Morris Abrams, dans le but de promouvoir les droits de l' homme pour tous et de s’assurer que l’ONU respecte les principes énoncés dans sa propre Charte. UN Watch s’érige donc en porte-parole des victimes à travers le monde en défendant les droits des femmes, en prônant la liberté d’expression et de religion et en luttant activement contre le racisme et l’antisémitisme. Nous sommes souvent cités dans les grands médias comme la CNN, Reuters, le New York Times ou Le Figaro, et nous apparaissons même sur Al Jazeera ! En fait, UN Watch est en quelque sorte le '' chien de garde '' de l'ONU avec un focus particulier mis sur le traitement biaisé d'Israël par le CDH.

- Mais pourquoi Israël ?

- Parce que depuis sa création, 80 % des résolutions adoptées par le CDH étaient des condamnations d'Israël ! Vous rendez-vous compte ? L'ONU regroupe 191 pays et 80 % des condamnations de ce conseil spécialisé ne concernent que le seul État hébreu ! Je tiens à être clair : nous ne disons pas qu'Israël ne saurait être critiqué. Nous disons juste que la critique doit être équitable. Voici un exemple récent : UN Watch a réuni quelques unes des plus flagrantes violations des droits de l' homme commises dans le monde entre juin 2009 et mai 2010…
Ainsi à Téhéran, des centaines de milliers de manifestants réunis pacifiquement pour protester contre le truquage des élections par le régime ont été violemment réprimés par les forces de l'ordre. Bilan : des dizaines de tués ! En juillet en Chine, l'armée a fait feu sur des manifestants ouïghours : 200 tués, 1 700 blessés. En septembre au Yémen, des avions de combat ont bombardé un camp de réfugiés : 80 morts. En novembre aux Philippines, 57 militants de l'opposition ont été massacrés. En mars au Nigeria, 500 chrétiens ont été assassinés lors de meurtres religieux. En avril au Kirghizistan, l'armée a tué 84 personnes. Et en mai, la Libye a exécuté 18 étrangers sans procédure régulière. Or quelle a été la réaction du CDH à ces horreurs ? Rien ! Le silence… Nulle session d'urgence, pas de résolution ! Et puis il y a eu l'affaire de la flottille soi-disant humanitaire qu'Israël a interceptée au large de Gaza et là, la réaction a été très différente… Soudain, le CDH a organisé une " session extraordinaire " pour adopter une résolution - encore une! - condamnant Israël et ordonnant une nouvelle enquête, comme celle du rapport Goldstone où le verdict de la culpabilité israélienne est connu d'avance.
Bref, pour reprendre une expression très à la mode lorsqu'il s'agit de l’État juif, Israël fait l'objet d'une attention totalement '' disproportionnée '' !

- Le CDH a été créé en 2006 après la dissolution de la très décriée Commission des droits de l' hommeonusienne qui accueillait de nombreux États membres ne respectant pas du tout les droits de l' homme. Avez-vous constaté une amélioration ?

- Au contraire ! Nous avons présenté en mai 2007 un rapport au siège de l'ONU à New York où nous démontrions que ce conseil n'a pas du tout réussi à faire cesser ce parti pris et ce double discours qui avaient tant discrédité l’ex-Commission des droits de l' homme. On compte parmi ses membres certains des pires régimes violateurs de ces droits tels que l’Arabie Saoudite, la Chine, Cuba ou encore la Russie. En fait, si la Commission avait voté 50 % de ses résolutions contre Israël, le CDH a quant à lui atteint les 80 % ! Quand j'ai pris la parole devant ce conseil pour critiquer ce déséquilibre flagrant, mon allocution a été censurée par le président de séance. J'avais parlé du rêve des fondateurs du CDH, Éléonore Roosevelt, René Cassin et d'autres encore, rêve qui s'est transformé en véritable cauchemar…

- Mais n'est-ce pas là un combat perdu d'avance… ?

- Oui et non ! Il faut comprendre le mécanisme du CDH : une grande partie des pays membres sont des dictatures intéressées à faire dévier le débat médiatique et politique loin de leurs propres exactions. En fait, le problème fondamental du CDH est le système lui-même !
Ainsi, lorsque la Libye a présenté sa candidature au CDH, 80 % des membres l'ont soutenue, comme dans une association de malfaiteurs ! Le président du comité consultatif du CDH n'est autre que le Marocain Halima Warzazi qui en 1988 a empêché l'ONU de condamner Saddam Hussein après que son armée a utilisé des gaz toxiques contre les Kurdes d'Irak. Quand au vice-président du CDH, c'est le diplomate suisse Jean Ziegler, un grand ami de Muammar Kadhafi avec qui il a créé le " Prix Kadhafi pour les droits de l' homme " - dont il fut lui-même le premier lauréat juste avant Fidel Castro, Louis Farrakhan, Hugo Chavez et d'autres ardents défenseurs des libertés...
Toutefois, malgré ce théâtre de l'absurde qu'est le CDH, nous nous déclarons satisfaits lorsque, parmi les 33 membres votant une résolution contre Israël, on ne trouve pas les USA ni des pays européens. Car ainsi nous pouvons alerter l'opinion publique sur le fait que, derrière ce paravent du CDH se cachent en fait des régimes totalitaires et nullement des démocraties. Il s'agit d'un combat quotidien visant à démontrer que la crédibilité de ce Conseil doit être constamment remise en cause, que son action promeut la haine, encourage l'extrémisme et réduit la fiabilité de l'ONU. En somme, un combat pour la Vérité !


Si vous souhaitez parcourir le site du CDH de l ONU afin de vous rendre compte par vous meme :
http://www2.ohchr.org/french/bodies/hrcouncil/


Site de UN Watch :
http://www.unwatch.org
 
Source Koide9enisrael et hamodia et lesoir.be

Israël va faire évacuer le site abritant des familles délogées des colonies de Gaza


Le ministère israélien de l'Intérieur a envoyé des avis d'évacuation à 165 familles transférées des colonies de Gaza et résidant actuellement sur un site temporaire pour les caravanes, a rapporté mardi le quotidien local Ma'ariv.


Le site Nitzan, situé au nord de la ville côtière d'Ashkelon (sud), abrite ces familles depuis le lancement en 2005 du plan de désengagement d'Israël. L'Etat hébreu avait alors évacué ses colons de l'enclave palestinienne de Gaza et de certaines parties de Cisjordanie.

Nitzan devait être évacué en 2010 et chaque famille devait pouvoir faire l'acquisition d'un morceau de terre dans les alentours. Ces familles ont été autorisées à installer leur caravane sur le site si elles ne pouvaient se permettre d'acheter une nouvelle maison.

Cependant, de nombreuses familles n'ont pu acheter une résidence permanente ou un morceau de terre.

D'après l'avis d'évacuation, les habitants de Nitzan ont trois mois pour quitter le site. Beaucoup craignent de devenir sans abri et ont qualifié cette décision de "deuxième éviction".

"Des gens ont frappé à ma porte jeudi soir et m'ont remis l'avis", a expliqué Rachel Yefet, mère célibataire, à Ma'ariv. "Je perçois un salaire minimum. En aucun cas, je ne peux obtenir cette somme d'argent".

En réponse, l'administration de Tnufa, en charge du dossier, a déclaré qu'"un Israélien ayant reçu beaucoup de l'Etat mais n'ayant pas encore commencé à construire sa maison doit payer un loyer et régulariser son séjour dans ce mobile-home".



Source french.peopledaily.com.cn

mardi 29 janvier 2013

Départ surprise du gouverneur de la Banque d'Israël Stanley Fischer


Le gouverneur de la Banque d'Israël Stanley Fischer a annoncé mardi qu'il quitterait ses fonctions le 30 juin prochain, une décision surprise alors que son mandat de cinq devait s'achever en 2015, a annoncé la banque centrale dans un communiqué.


Le gouverneur de la Banque d'Israël Stanley Fischer a informé le Premier ministre Benjamin Netanyahu de son intention de quitter ses fonctions le 30 juin 2013 après huit années à ce poste, a indiqué un communiqué.

Le communiqué ne précise pas les raisons de ce départ inattendu et se borne à indiquer que le gouverneur tiendra une conférence de presse mercredi à 09H00 GMT.

M. Fischer est considéré comme un des garants de la stabilité économique d'Israël qui a réussi à épargner à ce pays les conséquences de la crise des subprimes en 2008 et de la zone euro. La croissance de l'économie israélienne, bien qu'en légère décélération, a atteint 3,2% en 2012.

L'annonce de son départ survient à un moment particulièrement délicat. Le prochain gouvernement qui doit être formé après les élections législatives du 22 janvier va devoir procéder à des coupes budgétaires d'au moins 3 milliards d'euros à la suite d'un dérapage du déficit budgétaire de 4,2%, deux fois plus important que prévu.

Ancien numéro deux du Fonds monétaire international (1994-2001), M. Fischer avait posé sa candidature pour prendre la tête du FMI en 2011, à la place du Français Dominique Strauss-Kahn, mais il avait été écarté à cause de son âge (68 ans à l'époque).

Après son passage au FMI, il a ensuite pantouflé dans le secteur privé en devenant vice-directeur du géant financier Citigroup et président de Citigroup International, travaillant au sein de ce groupe bancaire de 2002 à 2005.

Né le 15 octobre 1943 en Rhodésie du Nord (devenue depuis la Zambie), Stanley Fischer a étudié en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, avant de prendre la nationalité américaine.

Il était ensuite devenu citoyen israélien en 2005 au titre de la Loi sur le retour qui permet à tout Juif de la diaspora d'obtenir la nationalité israélienne lorsqu'il immigre en Israël.

Il a été autorisé à conserver sa nationalité américaine à titre de privilège exceptionnel lorsqu'il a accédé la même année aux fonctions de gouverneur de la Banque d'Israël, selon un porte-parole de la Banque.

Source
Romandie

Reponse a la carricature de Scarfe l' antisémite...

Booba : « si j’étais juif… » une interview cash(er) sur Ragemag



Booba : « si j’étais juif… » une interview cash(er) sur Ragemag


A l’occasion de la sortie de son nouvel album, l’excellent web magazine culturel et politique Ragemag s’entretient avec Booba. Une interview décapante, où le rappeur star installé à Miami assure le service avant-vente. « Et si j’étais juif… » selon Booba, version boobatomique de « Un violon sur le toit » !

On se régale toujours à la lecture des déclarations de Booba, qu’il s’agisse de remarques au boobazooka sur son petit camarade Rohff, de ses amusantes analyses en matière de géopolitique ou d’Histoire (Booba prof de philosophie politique à l’ENA ou à l’Institut d’Etudes politiques de Paris, ça aurait quand même de la gueule !) mais c’est sur le sujet de la rumeur persistante concernant ses supposées origines juives, que le rappeur nous a particulièrement réjoui. Jeremy Denoyer, qui a réalisé l’interview, après une question sur la conversion à l’Islam de Diam’s (« Si demain Diam’s veut être mormone, je m’en fous complètement. Tant qu’elle arrête le rap, c’est le principal »), enchaîne : « On parle d’elle à travers la religion, mais toi on te ramenait souvent à ça. Le fait qu’on ait dit que t’avais des origines juives… ».


Réponse de Booba : « C’est de ça que je te parlais tout à l’heure quand on évoquait l’interview de mon daron. Je trouve dommage qu’ils disent que je suis juif comme si c’était une insulte. Les gens disent ça comme si c’était grave. C’est totalement raciste, c’est vraiment des grosses merdes ! Et si j’étais juif, t’inquiètes pas que j’aurais un gros bling-bling avec une étoile de David. Je leur dirais “allez vous faire enculer !” et je le revendiquerais totalement. Je ne vois pas le mal qu’il y a à être juif et je ne vois pas pourquoi ils essaient de me faire passer pour un juif pour me décrédibiliser. C’est bête, méchant, raciste… ça fait trop pitié ! En plus, ça insinue que si j’étais juif j’aurais honte de le dire. Comme si c’était une maladie grave. Parfois, je n’aime pas répondre à cette question parce que j’ai l’impression de renier quelque chose… C’est délicat de dire « Oh non, j’suis pas juif ! ». C’est gênant à la limite« .


Après la mixtape bar-mitsvesque sans grand intérêt de son pote Rick Ross (en téléchargement gratuit ici), que l’on retrouve en featuring dans son nouvel album « Futur », voilà donc Booba qui balance un message limpide aux #antisémites, en 24 caractères, ni plus, ni moins. « Allez vous faire enculer ».



Retrouver l’intégralité de l’interview de Booba sur Ragemag




Source JewPop

Les bédouin ont voté...Shass


Les communautés bédouines dans le Néguev votent peu mais quand elles le font, c'est en majeure partie en faveur du… parti religieux Shass.

Dans le canton de Trabin, seulement 35% des électeurs se sont rendus aux urnes mais 60% d'entre eux ont voté pour le Shass.
Le parti sépharade a également remporté environ la moitié des votes au bureau de vote dominé par la tribu de Trabin, près de Tel Sheva.
Ce faisant Shass a battu non seulement les autres partis israéliens juifs mais aussi l'ensemble des partis arabes, la Liste arabe unifiée-Ta'al et le parti Balad.

Même cas de figure dans le canton bédouin d'Abu Krinat, près de Beer Sheva, 43% des électeurs se sont rendus aux urnes avec 40% de votes pour le Shass.
La Liste arabe unifiée-Ta'al y a tout de même obtenu plus de voix.
Dans la ville de Kseifa où environ la moitié des électeurs ont voté, le Shass est arrivé troisième avec 4% des voix.

La motivation des électeurs bédouins est essentiellement sociale :
"Dans le parti Shass, déclare Suleiman Trabin, je vois des modérés, des gens religieux qui se préoccupent des personnes les plus nécessiteuses, celles que les gouvernements ont oubliées.
Les élus du Parti Shass sont les seuls qui peuvent nous aider et nous voulons les renforcer pour qu'ils puissent bloquer les tentatives de réduire les aides financières aux pauvres", ajoute-t-il expliquant que les Bédouins craignent de s'appauvrir encore plus et de devenir comme leurs frères en Égypte, totalement démunis.

Le chef bédouin nie les rumeurs qui prétendent que le Shass a passé des accords avec les Bédouins pour sécuriser leurs votes.
"Nous n'avons reçu en échange aucune garantie.
Notre choix est basé sur un constat simple : les autres partis n'ont tenu aucune des promesses qu'ils ont faites à leurs électeurs.

Le Shass a des valeurs et c'est en cela qu'il pourra apporter un changement", affirme Suleiman Trabin qui veut y croire.
"Pour nous, c'est la lumière au bout du tunnel et notre seul espoir de pouvoir gagner décemment sa vie".

Source Israel Infos

Hamoshava Hagermanit, le Neuilly de Jerusalem

Emek Refaim 15. A typical German Colony residence.

Un des quartiers les plus huppés de Jérusalem est la colonie allemande, Hamoshava Hagermanit. Son nom ne dérive pas de l’immigration des Juifs allemands dans les années 1930 après la montée au pouvoir d’Hitler. Il fait référence à un événement vieux de plus de 150 ans : la fondation de la Société du Temple allemand, les Templiers, un groupe de missionnaires luthériens qui pensaient faire ressusciter Jésus en colonisant la Ville Sainte.

La Société établit alors des colonies en différents endroits de Palestine, alors partie de l’empire ottoman. La dernière d’entre elles, Waldheim, est fondée au cours de l’année 1908, dans les environs de Nazareth.

En tout, les Templiers comptent 6 colonies à leur actif au début du 20e siècle : Waldheim, Sarona à Tel-Aviv, Wilhelma près de Yaffo, et les colonies allemandes de Bethléem, Haïfa et Jérusalem. Celle de la capitale est la troisième à s’établir en Palestine, Haïfa étant la toute première.

La colonie hiérosolomytaine est agricole, construite sur des terres en jachère à l’extérieur de la Vieille Ville. Elle voit le jour en 1873, quand un des Templiers, Matthaus Frank, achète une large bande de terre dans la vallée de Refaim, à un propriétaire terrien de Beit Safafa, village situé au sud-ouest de la ville.

Les Templiers sont des chrétiens qui ont fait scission avec l’Eglise protestante et ont encouragé leurs membres à s’installer en Terre sainte pour préparer l’ère messianique. Leurs bâtisses se distinguent par une architecture empruntée au style allemand, original dans la région : des maisons de campagne d’un ou deux étages, aux toits de tuile en pente et fenêtres à volets. Les murs extérieurs sont en pierre de Jérusalem, et non en briques ou en bois comme en Allemagne.

Les Templiers se sont engagés dans l’agriculture et le commerce traditionnel. Leurs maisons s’étendent principalement sur deux rues : Derekh Beit Lechem et Emek Refaim. Une des images les plus connues reste la vue depuis l’hôpital Augusta Victoria, sur le Mont Scopus, un palace qui, selon les dires, était originairement construit par la Société qui avait le projet d’y établir son siège en Palestine. Mais quand les Anglais prennent le contrôle du pays en 1917, ils jettent leur dévolu sur le complexe luxueux qu’était Augusta Victoria. Puis, avec la construction à la fin des années 1920 de la résidence du hautcommissaire en Palestine, le palace reste vide.

Pendant la seconde guerre mondiale, les Templiers et leurs descendants seront envoyés en Australie, considérés comme « ennemis ». Et les riches familles arabes installées dans le quartier fuient le pays de gré ou de force pendant la guerre d’Indépendance.

Pendant longtemps, les Templiers allemands ont peuplé les rues de Jérusalem en développant l’agriculture.
Aujourd’hui, le quartier qu’ils ont construit est haut de gamme et se nomme la « Moshava ».

Traversé par Emek Refaim, il a vu fleurir tous les restaurants et cafés branchés de la capitale.
Après la guerre d’Indépendance, les propriétés vides ont été disséquées en appartements pour les nouveaux immigrants.
Par conséquent, le quartier, à l’origine riche et bourgeois, est devenu un repaire plutôt malfamé.

Mais l’inattendu s’est produit. Malgré les partitions et dissections, les maisons ont gardé leur beauté et leur charme.
En un mot : leurs vieilles structures élégantes. De sorte que les acheteurs de Jérusalem ont commencé à s’approprier ces biens en restaurant leur gloire de jadis. Désormais, tous les habitants y sont plutôt aisés.
Dans la plupart des demeures restaurées, des efforts ont été faits pour conserver l’architecture de base comme les fenêtres en arches et les toits de tuile.

La colonie allemande est majoritairement anglophone : jeunes couples, familles et célibataires, résidents permanents ou visiteurs. Le quartier abrite aussi le théâtre Smadar, cinéma artistique du coin et lieu de rencontre pour les jeunes.

L’influence des Templiers allemands, puis des riches chrétiens, et enfin des membres du gouvernement britannique saute aux yeux dans ce quartier aux styles pluriels : une architecture issue de l’empire ottoman et de l’art déco anglais de la période mandataire.

Un bon exemple de l’architecture anglaise reste l’hospice écossais et l’église Saint-Andrew, construite en 1927 et décorée de tuiles arméniennes ornées. Les rues de la colonie allemande portent des noms de partisans du sionisme et du peuple juif. Comme : Emile Zola, pour sa défense du capitaine Dreyfus, l’ancien président Tchèque Tomas Masaryk et l’ancien premier ministre sud-africain Jan Smuts. Sans compter les nombreux noms britanniques comme David Lloyd George, l’ancien chef du parti travailliste Josiah Wedgwood, le colonel John Patterson, commandant de la légion juive de l’armée britannique pendant la première guerre mondiale, et le général anglais sioniste Wyndham Deedes.

Ces jours-ci, l’immobilier dans la colonie allemande se réchauffe, selon Yoel Zalcman, professionnel du quartier. « Beaucoup désirent vivre dans la colonie allemande. A la fois parce que c’est central et pastoral. Ainsi la demande est importante. L’offre, a contrario, est limitée. Personne ne veut vendre son bien.

Pourtant, malgré l’écart important entre la demande excessive et l’offre faible, les prix restent stables. Ils sont si élevés qu’ils ont atteint leur plafond ».

Une vieille maison rénovée avec jardin peut s’élever jusqu’à 4 millions de dollars. Les appartements dans les vieilles demeures se négocient entre 10 000 et 12 000 dollars le mètre carré. Contre 7 500 dollars seulement pour un appartement standard. Et les différences de prix peuvent s’élever à 30 % selon les critères environnementaux : calme et verdure.
 
 

lundi 28 janvier 2013

Ariel Sharon peut-il sortir du coma ?

Installation de l'artiste Noam Braslavsky exposée à Tel-Aviv en 2010.

Après 7 ans, une IRM a relancé chez certains l'espoir que l'ancien Premier ministre puisse recouvrer une partie de ses facultés. Est-ce la campagne électorale ou le temps qui passe ? Le 4 janvier dernier, jour anniversaire de l'hémorragie cérébrale massive d'Ariel Sharon, aucun média n'avait fait allusion à l'ancien Premier ministre dans le coma depuis sept ans. Mais, jeudi dernier, un examen IRM montrant "une activité cérébrale significative" a remis l'état de santé de Sharon dans l'actualité.

C'est dans le plus grand secret qu'il a été transporté en ambulance à l'hôpital Soroka de Beer-Sheva, la capitale du Néguev, pour passer, au scanner, une batterie de tests. L'objectif était de déterminer l'étendue et le niveau d'activité de son cerveau. L'équipe de médecins et de chercheurs l'a donc fait réagir à diverses stimulations : photos de ses proches, voix de son fils Gilad qui, entre autres phrases, lui aurait dit : "Papa, tu nous manques" et, enfin, stimuli tactiles. Sont venus ensuite des examens plus sophistiqués comprenant des questions simples sur divers sujets avec réponse par "oui" ou par "non". Dernière étape : la comparaison entre son activité cérébrale et celle de personnes en bonne santé.

Débats

Pour le docteur Ilan Schelef, le directeur du centre de résonance magnétique, de l'hôpital Soroka, il est clair, au vu des résultats, qu'il existe chez Ariel Sharon une activité significative dans certaines régions cérébrales, ce qui témoigne d'une mise en oeuvre de l'information sensorielle. En revanche, il est impossible à ce stade de déterminer s'il comprend le sens des phrases auxquelles il réagit. "De même qu'on ne peut pas savoir s'il est conscient de ce qui se passe autour de lui", déclare le professeur Martin Monti, un neurochirurgien d'UCLA, l'université de Los Angeles, père des méthodes IRM de pointe qui viennent d'être utilisées par l'équipe médicale et scientifique de Soroka.
Cela étant, tous les médecins qui soignent l'ancien homme fort d'Israël ne sont pas d'accord. À Tel HaShomer, près de Tel-Aviv, le centre hospitalier où se trouve Sharon depuis près de sept ans, l'équipe médicale a très vite douché l'enthousiasme de certains en soulignant que rien n'avait changé dans l'état du patient, toujours à un "niveau de conscience très bas". Et d'ajouter : "Voilà des années qu'il réagit par des mouvements oculaires ou des doigts à des stimulations par la voix et par l'image."
Bref, comme durant sa vie politique, celui que ses fans ou ses détracteurs surnommaient le "roi d'Israël", le "lion" ou le " bulldozer" crée encore la polémique. Dans tous les cas, les tests de jeudi dernier ne peuvent que renforcer la volonté des fils d'Ariel Sharon de le maintenir en vie, quoi qu'il arrive et quoi qu'il en coûte. Même si pour de nombreux spécialistes de l'IRM en Israël, les chances de voir un patient sortir d'un état végétatif de sept ans et recouvrer, même en partie, ses facultés sont quasi nulles.


Source LePoint.fr