Chargement...

mercredi 15 mars 2017

Découvrez l'opéra inachevé d'un compositeur mort dans les camps de concentration (Vidéos)

 

 
Historien et musicien, le Rouennais (Seine-Maritime) Hélios Azoulay sort un album dans lequel il redonne vie à un opéra inachevé, découvert dans le camp de concentration de Terezin, en République Tchèque......Détails et Vidéo.......



C'est la fin d'une histoire vieille de plus de 70 ans. Celle d'un compositeur juif, Viktor Ullmann, déporté pendant la Seconde Guerre mondiale dans le camp de Terezin.
Là, il y écrit une pièce sur Jeanne d'Arc, intitulé 30 mai 1431, date de sa mort à Rouen.

Viktor Ullmann


Achever l'inachevé

Des fragments de musique qu'Hélios Azoulay, compositeur rouennais, découvre des années plus tard.
Aujourd'hui, l'opéra inachevé renaît dans un album baptisé Sauvée des cendres. "À partir de ce livret et des deux pages de musique seulement qu'il avait pu composer, j'ai décidé de rééquilibrer la chose et de composer toute une oeuvre derrière, pour essayer d'achever l'inachevé".
Un travail d'un "genre nouveau, quelque part entre le théâtre et l'opéra", pour lequel il assure que "l'album n'est qu'une version possible de l'oeuvre qui évolue sans cesse et se trouve finalement définitivement inachevée".



Ce travail, c'est grâce à plus de 160 donateurs, mobilisés via une campagne de financement participatif en ligne, qu'il a pu le réaliser.
"Nous avons eu des souscripteurs du Canada, de Belgique, de Grèce, d'Allemagne… C'est incroyable".
Une mobilisation qui a permis de "remettre dans le jeu de la vie une oeuvre destinée aux tiroirs d'archives des bibliothèques".
Le musicien Hélios Azoulay, spécialiste et interprète reconnu de la musique dans les camps de concentration (et par ailleurs commanditaire de la musique pour la Passion de Jeanne de Carl Theodor Dreyer en 2010).

Une oeuvre de reconciliation

Comment aujourd'hui ne pas voir dans une telle oeuvre, une Jeanne d'Arc conçue dans un camp de concentration, un symbole d'une rare puissance, aux résonances si contemporaines ?
Jeanne d'Arc, l'exaltée guerrière, est définitivement impossible à confisquer.
Et la force de son universalité est d'appartenir véritablement à toutes celles et ceux qui souffrent ou qui luttent : martyrs, résistants et poètes.
Biographie (wikipedia)

Viktor Ullmann (né le 1er janvier 1898 à Teschen, Autriche-Hongrie, aujourd’hui Český Těšín, Tchéquie – mort gazé le 18 octobre 1944 à Auschwitz-Birkenau) était pianiste et compositeur tchèque (la Bohème appartenant au moment de sa naissance à l'Empire austro-hongrois).
Issus de familles juives, ses parents s'étaient convertis avant sa naissance à la religion catholique.
Son père Maximilian a pu, en tant que juif converti, entreprendre une carrière d'officier. Pendant la Première guerre mondiale, il devint colonel et fut anobli. Viktor fréquenta à partir de 1909 un lycée de Vienne en Autriche. Ses aptitudes et son inclinaison pour la musique le rapprochèrent assez tôt d'Arnold Schönberg et de son cercle d'élèves.

Dès la fin de ses études, il accomplit volontairement son service militaire. Après son affectation sur le front italien (à Isonzo) une autorisation de poursuivre ses études lui fut accordée, dont il avait besoin pour commencer des études de droit à l'Université de Vienne.
Début octobre 1918, il fut également accepté dans le cours de composition de Schönberg où il étudia la forme, le contrepoint et l'orchestration. Ullmann était un pianiste distingué qui n'ambitionnait toutefois pas une carrière de soliste.
En mai 1919 il interrompit ces deux cycles d'étude et quitta Vienne pour Prague afin de se consacrer entièrement à la musique.

Son maître était alors Alexander von Zemlinsky qui était entre autres (il le restera jusqu'en 1927) chef d'orchestre au Nouveau Théâtre allemand de Prague.
En 1923 il entame avec "7 Liedern mit Klavier" ("7 Lieder avec piano") une série de premières représentations pleines de succès qui durera jusqu'au début des années 1930 ("Sieben Serenaden" : "Sept sérénades").
Jusqu'à la déportation, son œuvre comporte 41 opus et comprend trois sonates pour piano, des cycles de Lieder de différents poètes, des opéras et le concerto pour piano opus 25, qu'il donne en décembre 1939, 9 mois avant l'entrée des troupes allemandes à Prague.

La plus grande partie de ces œuvres a disparu : les manuscrits ont été vraisemblablement perdus pendant la période d'occupation allemande.
Sa musique est plus tournée vers le rythme que vers le contrepoint. Son œuvre la plus connue est l’opéra "Der Kaiser von Atlantis" composé en 1944 dans le camp de concentration de Theresienstadt, et qui est devenu l’ouvrage symbole de la destruction de plusieurs générations d’artistes juifs.
















Source Tendance Ouest et KissKissbankbank et Koide9enisrael
Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire