Chargement...

jeudi 10 août 2017

La «dame aux chats» de Jérusalem

 
 
 
Il est bientôt minuit quand Tova Saul sort dans la Vieille ville de Jérusalem, une volumineuse cage en plastique dans chaque main et sur le dos tout un attirail pour piéger les chats. Dans moins d’une heure, son petit manège aura tourné à l’algarade avec trois hommes avec lesquels elle finira au poste de police......Détails........



Mais pour l’heure, cette petite femme aux vêtements amples s’adonne à son activité nocturne depuis vingt ans: nourrir et soigner les chats qui rôdent dans la Vieille ville, et capturer les femelles pour les faire stériliser.
Pour beaucoup, elle est devenue «la dame aux chats», mais elle n’aime pas ce surnom.
«M’appeler la dame aux chats, c’est dire que personne d’autre ne lèverait le petit doigt pour un animal en détresse. C’est une injure faite à la race humaine», explique-t-elle.
Tova Saul, une juive orthodoxe âgée d’une cinquantaine d’années, est arrivée des Etats-Unis dans les années 1980 «chercher l’homme de ses rêves» en Israël.
A la place, elle est tombée amoureuse des chats de Jérusalem. Elle vit aujourd’hui dans un quartier juif de la Vieille ville dans un deux-pièces avec... cinq chats et six chatons.


Ils seraient plus de 100.000 à Jérusalem, estime la municipalité. Des centaines, peut-être des milliers, parcourent les ruelles séculaires de la Veille ville.
Tova Saul dit avoir attrapé et fait stériliser plus de 600 femelles depuis qu’elle a commencé à tenir un décompte en 2009.
Elle dit avoir dépensé l’an dernier 15.000 dollars (12.000 euros) alors qu’elle n’a reçu que 7.000 dollars en dons.
Quand elle ne s’occupe pas de chats, elle guide et héberge des touristes. «Un certain nombre de fois, ils (les Palestiniens) m’ont demandé: «Qu’est-ce que vous faites ?» Je le leur explique.
Alors ils me regardent avec leurs grands yeux marron, et ils disent: «Ouah, merci, vous avez bon cœur».
Source Charente Libre
Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire