Chargement...

mardi 3 octobre 2017

Technion, Université de Tel Aviv, UHJ, Hadassah… : 10 innovations israéliennes pour battre les super-bactéries

 
L’antibiorésistance est l’une des menaces majeures pour la santé dans le monde. Les scientifiques du Technion, de l’Université de Jérusalem, de l’Université de Tel Aviv, de Hadassah… tentent de résoudre le problème.......Détails.........



Les antibiotiques sont l’un des moyens les plus efficaces de traiter les infections bactériennes. Cependant, ils ont été prescrits et prescrits depuis des années, ce qui a entraîné le développement de souches bactériennes résistantes aux antibiotiques spécifiques.
L’Organisation mondiale de la santé considère c’est une des plus grandes menaces pour la santé mondiale, car les infections résistantes aux antimicrobiens (AMR) tuent plus de 700 000 personnes dans le monde chaque année.
Les chercheurs et entrepreneurs israéliens abordent le problème sous différents angles. Voici 10 avancées prometteuses grâce aux scientifiques du Technion à Haïfa en Israël :
Antibiotiques personnalisés
Le système de diagnostic SNDA-AST développé au laboratoire d’ingénierie biomédicale du Pr Shulamit Levenberg au Technion permet de personnaliser les antibiotiques de façon rapide et précise pour chaque patient.
Ce système, non encore commercialisé, analyse rapidement les bactéries isolées à partir d’échantillons d’urine et évalue leur niveau de résistance à des antibiotiques spécifiques.
Le médecin peut alors choisir l’antibiotique le plus efficace immédiatement, plutôt que de commencer un traitement avec des antibiotiques à large spectre – ce qui peut provoquer une AMR (antimicrobial resistance) et tuer les «bonnes» bactéries – en attendant les analyses de laboratoire en cultures traditionnelles.
Distinguer les bactéries des infections virales
La société MeMed (basée à Tirat Carmel, Israël) a développé une plate-forme pionnière de pointe qui peut distinguer les infections bactériennes et virales. Objectif : permettre aux médecins d‘éviter de prescrire des antibiotiques avant de savoir si l’infection est bien une infection bactérienne.
Le kit ImmunoXpert, première génération de ce nouveau test, est utilisé dans l’Union européenne, en Suisse, en Israël, et un déploiement commercial plus large est en cours.
Un contrat de 9,2 millions de dollars de la Defense Threat Reduction Agency (DTRA) du ministère de la Défense des États-Unis aidera à développer une version avancée du test qui sera plus facile et plus rapide à utiliser.
Un coton tueur de bactéries
Argaman Technologies (basée à Jérusalem) a commencé à fabriquer CottonX, décrit comme le premier tissu de coton bio-inhibiteur du monde, imprégné en permanence avec de l’oxyde de cuivre accéléré qui empêchent les bactéries de devenir résistantes.
Il a été montré que CottonX tue 99,9% des microbes (bactéries, virus et champignons) en quelques secondes et peut être utilisé pour des lits d’hôtel et des serviettes, des uniformes, des masques faciaux réutilisables et autres produits médicaux, militaires et de consommation.
Le processus rend également les textiles résistants au feu, conducteurs et capables de lisser les rides de la peau.
Des virus pour tuer les bactéries
Infecter des bactéries résistantes aux antibiotiques avec de minuscules virus appelés « bactériophages » est admise depuis longtemps comme une arme potentiellement efficace. Une technologie innovante est en instance de brevet à l’Université de Tel Aviv (TAU).
Le Pr Udi Qimron facilite la livraison de bactériophages génétiquement modifiés à une large gamme de bactéries résistantes aux médicaments, ce qui les rend sensibles aux antibiotiques. L’équipe a également conçu des nanoparticules hybrides provenant de différents bactériophages, qui peuvent reconnaître de nouvelles souches de bactéries.
En 2011, Udi Qimron et un collègue de la TAU ont formulé une puissante solution de nettoyage pour les hôpitaux, enrichis de bactériophages génétiquement modifiés.
En 2014, ils ont isolé avec succès une protéine produite par un bactériophage qui pourrait aider au développement d’un substitut aux antibiotiques conventionnels.
Virus versus bactéries
Une équipe de recherche dirigée par le Dr Ronen Hazan à l’Institut des sciences dentaires de l’Université Hébraïque de Jérusalem et le Dr Nurit Beyth de l’École de médecine dentaire au CHU Hadassah à Jérusalem ont isolé un bactériophage jugé efficace pour prévenir les infections suite aux procédures du canal radiculaire.
Le même bactériophage pourrait également fonctionner contre les infections des voies urinaires, la méningite et l’endocardite provenant de bactéries E. faecalis, qui résident normalement dans le tractus gastro-intestinal et résistent à l’antibiotique vancomycine.
Mesurer le temps nécessaire pour tuer une population bactérienne
Une nouvelle méthode pour mesurer le temps nécessaire pour tuer une population bactérienne pourrait améliorer la capacité d’éliminer les souches bactériennes « tolérantes » qui survivent à des antibiotiques pendant une longue période à mesure qu’elles deviennent résistantes.
«Une mesure simple de tolérance pourrait fournir des informations précieuses sur la durée des traitements antibiotiques, en réduisant les risques de sous traitement et de sur-traitement», a déclaré la chercheuse Nathalie Balaban, de l’Université Hébraïque de Jérusalem.
Cette méthode pourrait permettre aux laboratoires de microbiologie de classer les souches bactériennes comme tolérantes, résistantes ou persistantes, aidant à guider les décisions de traitement, a ajouté Nathalie Balaban.
«Comprendre la tolérance et trouver un moyen de la combattre pourrait réduire de manière significative le risque toujours plus grand de résistance». En 2014, Nathalie Balaban et le Pr Gadi Glaser ont découvert le mécanisme par lequel les bactéries persistantes (par opposition à tolérantes ou résistantes) survivent aux antibiotiques en entrant dans un état dormant.
Alternative antibiotique
La recherche du laboratoire de l’adjoint au Pr Oded Lewinson, de l’école de médecine du Technion, montre que les combinaisons à faible concentration de métaux et d’acides organiques pourraient constituer une alternative efficace aux antibiotiques pour les personnes et les plantes. Oded Lewinson et son équipe ont constaté que la combinaison est extrêmement efficace pour éradiquer les bactéries pathogènes telles que le choléra, les salmonelles et les pseudomonas, ainsi que les bactéries qui attaquent des cultures comme les tomates, les melons et les pommes.
Un antibiotique plus intelligent
Une équipe de recherche au Technion dirigée par le Pr Meytal Landau a découvert des fibrilles amyloïdes uniques à travers lesquelles la bactérie Staphylococcus aureus pathogène et hautement résistant aux médicaments attaque les cellules humaines et le système immunitaire.
Cette découverte pourrait permettre le développement d’antibiotiques avec un nouveau mécanisme d’action pour inhiber la formation d’amyloïde. Staphylococcus aureus est l’une des causes les plus fréquentes d’infections hospitalisées.
Aux États-Unis seulement, environ 500 000 patients dans les hôpitaux contractent une infection au staphylocoque.
Les tissus résistants aux bactéries
Nano Textile, basée à Ramat Gan développe une méthode ultrasonore brevetée consistant à incorporer en permanence des nanoparticules d’oxyde de zinc antibactérien sur des textiles et des surfaces, y compris le verre, les plastiques, les composites et les métaux. 
L’usure active, les sous-vêtements, les vêtements pour enfants, les vêtements de travail, les draps de l’hôtel et le rembourrage pour les transports en commun sont prévus.
La technologie donne également des propriétés traitées à la protection UV, à la résistance à l’eau et à la flamme et à d’autres propriétés. L’entreprise recherche un partenaire stratégique pour développer les machines à temps pour débuter à l’exposition ITMA Textile & Garment Technology de juin 2019 à Barcelone.
Emballage alimentaire antibactérien
NanoPack, un consortium de 18 instituts industriels et de recherche de premier plan en Europe, mené par le Technion, a reçu cette année une subvention de l’UE de 7,7 millions d’euros pour développer une nouvelle solution d’emballage alimentaire antimicrobien à base de polymère.
Le Pr Ester Segal, coordinateur de NanoPack au Technion, a déclaré que ce projet de trois ans « améliorera la sécurité alimentaire des consommateurs en inhibant considérablement la croissance des microbes alimentaires, ce qui, à leur tour, empêchera les épidémies de maladies d’origine alimentaire et la détérioration précoce ».

Auteur : Abigail Klein Leichman

Source Israel Science Info
Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire